Globork

1. Fiche signalétique du Globork

Sexe : Mâle ou Femelle. Un cas hermaphrodite a été recensé, il s’agit d’une mutation rare.

Taille : Entre 80 cm et 60 m.

Poids : Entre 12 kgs et 707 tonnes.

Robe : Fourrure. Noire. Le Globork blanc n’est probablement qu’une légende.

Population : 51.150 environ. Stable.

Prédateurs : Ahwäwähns.

Alimentation : Fthuns et Blagarglls (forme oeuf & enfance) puis Blagarglls et Hvroks (âge adulte).

Habitat : Sur et sous la surface de R’Jah. Autrefois on en trouvait aussi sur Terre.

Longévité : 88 bzabbs en moyenne (Ne s’applique pas à Skülvvh l’éternel).

Représentants célèbres : Skülvvh (Loué soit son nom), Brikabork le sage et Globula.

2. Introduction

Ah, le Globork. Voilà bien une créature fascinante.

Le Globork est l’espèce la plus répandue dans la dimension R’Jah. Nous ne pouvions pas commencer un bestiaire sans le mettre à l’honneur.

Il est classifié comme étant de taille et poids très variables. Un Globork est toujours de couleur noire et d’apparence plucheuse.

Certains d’entre eux avaient élu domicile sur terre à une époque. Mais c’était avant, quand le monde était encore en noir et blanc. Depuis l’avènement de la couleur, ils ont tous plié bagage.

Le Globork possède un vocabulaire d’une quinzaine de mots reconnaissables. En dehors de ça, il borke à l’aide d’un canal vocal interne. Pour faire une comparaison avec quelque chose que vous connaissez, c’est un peu comme le Schtroumpf, mais en plus primitif.

Le Globork est aussi domesticable, du moins jusqu’à un certain point. Avec un entraînement adéquat, il peut alors servir de main d’oeuvre.

Attention, nous parlons ici de tâches simples. Pas question de lui demander de faire un gâteau au htlankg. Mais rassurez-vous, il reste néanmoins très utile.

Il nous arrive d’ailleurs souvent de dépêcher un Globork pour effectuer une tâche donnée lorsque Gribouille et moi-même sommes trop occupés.

Toutefois, nous ne saurions trop conseiller la prudence aux débutants lors de leurs contacts avec eux. En d’autres termes, côtoyer les Globorks n’est pas sans danger.

Pour mieux pouvoir comprendre ce qu’est le Globork, nous devons tout d’abord nous intéresser à son histoire.

3. Histoire du Globork

Il serait difficile de vous conter l’histoire du Globork sans mentionner Skülvvh. Sois mille fois loué. Car c’est grâce à lui que tout a commencé.

L’humain n’avait pas encore appris à marcher sur ses pattes arrière lorsqu’il apparut pour la première fois. Aucune des entités croisées dans le Monochromicon ne peut dire exactement d’où il vient. Les Rhatsjhish m’ont un jour raconté qu’il serait à l’origine même de la création de R’Jah. Je vous ferai savoir en temps utile si j’obtiens de plus amples informations sur le sujet.

Par ailleurs, il est aussi dit que Skülvvh nous te révérons ô Maître aurait une capacité de persuasion hypnotique passive extrêmement puissante. Pour ma part je n’y crois pas un seul instant, mais je ne vous interdis pas d’adhérer à ce type de balivernes. Chacun est libre de se faire son idée.

Skülvvh accorde-nous ta bienveillance est le père de tous les Globorks. Il est aussi leur roi et leur dieu. En ce qui concerne la légende, elle raconte qu’il a donné la vie au premier d’entre eux un jour de pluie alors qu’il se secouait la toison. Si douce et duveteuse.

De sa fourrure chatoyante se sont par la suite détachées des milliers de lentes qui se sont disséminées partout sur les terres de R’Jah.

4. Évolution du Globork

4.1. De la lente à l’œuf

Lorsque la lente est bien mûre, elle se détache de la chevelure de Skülvvh guide-nous et entame alors sa chute vertigineuse vers le sol. Et elle s’y écraserait probablement dans un bruit d’éclaboussures si la nature de R’Jah n’était pas si bien faite.

En effet, un ressort très pratique se déploie alors sous la lente pour venir amortir la dureté du choc.

Une fois au sol, la lente devient un œuf de Globork à part entière qui peut alors débuter sa croissance.

NDLA : Certains rapports font état d’une mutation particulière qui permettrait à la lente de déployer un parachute. Mais je dois dire que je trouve cette idée un peu tirée par les cheveux. De nos jours, même les enfants savent que l’utilisation d’un ressort est bien plus logique.

4.1.1. Se nourrir

Les Globorks ne se reproduisant pas par voie sexuelle, une nutrition via d’éventuels parents est donc à proscrire. Skülvvh ton nom résonne en moi est le seul à pouvoir donner la vie, mais dans la plupart des cas, il se désintéresse de sa progéniture une fois la lente tombée.

C’est là que le miracle de la vie intervient encore une fois. Car l’œuf de Globork possède une bouche pleine de dents plus tranchantes que des lames de rasoir qui lui permettent de se nourrir sans intervention extérieure. Aussitôt tombé, aussitôt affamé, il tentera alors de bondir sur d’autres créatures à l’aide de son ressort pour les dévorer.

Schéma représentant un Œuf de Globork se préparant à fondre sur sa proie

L’oeuf de Globork se nourrit uniquement d’espèces plus petites, comme des Fthun ou de très jeunes Blagargll. Sa taille relativement petite ne lui permettra pas encore de s’attaquer aux Hvrok comme le font avec délectation ses homologues plus âgés.

4.1.2. Vulnérabilité ?

L’oeuf n’a pas de prédateur. Les pointes dont il est hérissé le protègent de toute attaque extérieure. De fait, ce faible taux de mortalité explique la prolifération du Globork, faisant de lui l’espèce la plus rencontrée de la dimension R’Jah.

4.2. De l’enfance à l’âge adulte

À ce stade de son évolution, l’œuf va enfin se craqueler pour laisser sortir la larve qui est à l’intérieur.

L’enfant Globork se déplace presque exclusivement sur le ventre. Il est entré dans la phase dite gastéropode. Une posture qu’il conservera toute sa vie. Il laisse alors dans sa coquille tout ce qui lui est devenu inutile, comme le ressort.

Globork mâle de 3 bzabbs.
On en mangerait. Sauf qu’on en mourrait.

Comme vous pouvez le voir sur le croquis de Gribouille, il possède déjà une toison noire fournie qui attire naturellement le seul prédateur du Globork, le terrible Ahwäwähn.

L’Awäwähn n’est pas très rapide mais il est gigantesque. Et plus gigantesques encore sont ses oreilles. Ces dernières sont particulièrement sensibles car le vent y entre facilement. Elles s’infectent en moyenne cinq fois par mois.

Lorsqu’il est en période d’infection, l’Awäwähn se met à pourchasser les Globorks pour ensuite les planter sur un pieu. Il entreprend alors de se curer les oreilles avec cet immense bâtonnet ouaté.

Peu de Globorks survivent à ce traitement, et ceux qui y parviennent ne peuvent plus le raconter. Et pour cause :

Premièrement, ils ont un trou béant au milieu du corps. Et deuxièmement, leurs canaux de synthèse vocale sont remplis de cérumen d’Awäwähn. Irréversiblement endommagés, ils sont incapables d’émettre le moindre bork.

4.2.1 La bouche et les dents

Les mâles abandonneront aussi la bouche et les dents lorsqu’ils atteindront l’adolescence, car ils n’en auront plus besoin. En revanche, la femelle continuera de faire pousser un trio de lèvres pourvues d’une dentition sur sa tête, un peu comme du lierre.

Elle les renouvellera régulièrement et les conservera jusqu’à la fin.

4.2.2 Les tentacules

Pour compenser l’absence de bouche, un nombre variable de tentacules rétractables, télescopiques et pourvus d’yeux commenceront à pousser sur le corps du mâle. Quoique petits au début, ils pourront atteindre plusieurs mètres de long à l’âge adulte.

C’est via ces curieux appendices qu’il :

  • se défendra,
  • se nourrira,
  • fera ses besoins,
  • aura un champ de vision à 360°

Le mâle s’aidera occasionnellement de ses tentacules pour fuir rapidement s’il se trouve face à un Ahwäwähn. Hormis ces quelques situations d’urgence, il préférera le plus souvent le confort que lui apporte la stabilité du sol.

Quant à la femelle, n’ayant pas de tentacules, elle se fera plus que probablement attraper. Tant pis, elles connaissent les risques. On ne sort pas au milieu de la nuit pour cueillir du htlankg quand on est une femelle, ça a déjà été dit cent fois.

Bref.

4.2.2 Les yeux

À l’instar de l’œuf, l’enfant est toujours pourvu de deux yeux, chacun perché sur une antenne. Un peu à la manière d’un escargot.

Celles-ci tomberont chez les mâles à l’adolescence, au moment où le pli frontal sera assez mature pour permettre l’ouverture de l’œil central, toujours en exemplaire unique.

Chez les femelles, les antennes se rétracteront pour ramener les yeux dans la fourrure. Un nombre d’yeux supplémentaires compris entre un et quatre s’y ajouteront éventuellement avec le temps. Une seule femelle connue possède à ce jour plus de six yeux. Je parle bien entendu de la célèbre Globula.

Une fois adulte, le Globork devient cette merveilleuse créature à l’esthétique parfaite que nous connaissons et aimons tous.

Image de gauche : Un mâle adulte. Image de droite : Une femelle adulte à 5 yeux

4.3. Âge avancé

À partir de 72 bzabzz, un Globork est considéré comme vieux. Il se laisse alors pousser la barbe (un Globork est par défaut considéré glabre par ses pairs) et se la teint en blanc pour, je cite : « faire genre il est vénérable ».

Alors avant toute chose, car je vous vois venir : je ne fais que traduire ce qui est indiqué dans le Borkode. C’est écrit ici en toutes lettres, je le jure.

Comme tous les vieux, ils ont alors besoin de posséder un animal domestique qui remplacera les autres Globorks comme centre de leur vie sociale.

Le plus souvent, ils optent pour une araignée Ktobeen. Petite et extrêmement intelligente, la Ktobeen peut s’emmener partout. Elle assistera le vieux Globork dans la vie quotidienne.

Certains Globorks s’entourent de tellement d’animaux de compagnie qu’ils sont couverts de zbrodtj. Ils sont alors évités par leurs congénères, à cause de l’odeur et des poils qui collent.

Le Sage Brikabork a bien conçu un shampooing anti-zbrodtj, mais il est très cher. Plus de trois mille Güdüflücks.

Cependant, comme personne ne sait ce qu’est un Güdüflück, il n’en vend jamais.

Brikabork est très vénal

C’est ainsi que beaucoup d’entre eux finissent seuls. Ils errent alors pendant quelques temps.

Mais un beau jour, las d’arpenter R’Jah sans but, ils décident de procéder à la prochaine étape de leur existence.

4.4. Les Globorks se cachent pour mourir

Un Globork décide du moment de sa mort. Point de rite funéraire compliqué ni de larmes. Un vieux Globork qui a pris la décision de mourir ira seul à la rencontre de Skülvvh le grand et bien nommé pour réintégrer la grande toison.

Il se rendra alors dans le lieu appelé Rocher de la restitution. Il se placera ensuite sur le passage de son père et se laissera emporter.

Dans la fourrure du dieu Globork, il sera entièrement absorbé et ne fera plus qu’un avec son créateur. Les matières assimilées serviront ensuite à créer une nouvelle lente.

4.5. Une dernière étape

Lorsque le Globork rejoint la toison, une douce mélopée se fait entendre et un halo de lumière descend du ciel pour l’illuminer. C’est le générique de fin qui débute.

Le générique de fin joue pour tous les Globorks. Il se fait entendre sur dix kilomètres à la ronde. Comme plus de deux cents Globorks rejoignent la toison quotidiennement, la musique ne s’arrête pour ainsi dire jamais.

Autant vous dire que la zone géographique du Rocher de la restitution n’est que peu fréquentée par d’autres êtres que les Globorks mourants qui y font la queue chaque jour.

Nous avons néanmoins pris ce risque en nous y rendant. Il était de notre devoir d’y glaner les informations nécessaires à l’exhaustivité de cette fiche.

Pour vous seulement, voici les paroles que Gribouille et moi ne parvenons plus à nous ôter de la tête depuis que nous les avons entendues trois-mille-trois-cent-quarante-six fois. Et ça c’était juste le mois dernier.

[chœurs]

(Ingonyama bork’ enamabala)
(Ingonyama bork’ enamabala)

[couplets]

À la fin de ta vie sur la planète
Illuminée, par Skülvvh l’éternel
C’est enfin fini, tu rejoins les merveilles
D’une toison, qui t’attire et t’appelle

Tu as eu tant de choses à voir
Avec ton impassible regard
Transmets ton héritage
Et puis tourne la page

Dans l’amour, tu t’en vas pour toujours…

[refrain]

C’est l’histoire de la vie
Recyclage rituel
D’un Globork repris
Par Skülvvh l’Immortel

Dis borglob et puis
Tu pars à la poubelle
C’est l’histoire
D’un Globork en fin de vie


Borglob, vaillant ami. Tu as bien servi ton peuple. Et toi aussi. Et toi, et toi,…

5. Culture Globork

Pour les humains, la culture Globork est assez aisément assimilable. Comme nous ils naissent, ils vivent, ils aiment, et un beau jour, ils meurent. Ils ont donc des besoins et des aspirations similaires. Une belle vie, un compagnon de qualité, de la nourriture et surtout, l’amour de Skülvvh Nous sommes tes disciples.

Comme les humains, ils apprécient généralement la présence de leurs congénères. Ceux qui vivent en osmose avec les autres s’organisent en tribus, mais il y a également des loups solitaires. D’autres encore se sont retirés de la société, souvent à la suite d’une déception amoureuse.

Si vous croisez des Globorks (et vous en croiserez) durant vos pérégrinations, il y a quelques points essentiels à connaître pour appréhender au mieux ces créatures.

La moindre offense à leurs us et coutumes pourrait vous être fatale, aussi je vous encourage à lire attentivement ce qui suit.

5.1. Décrypter le comportement

Le Globork est une créature étonnamment expressive. Un million de petits détails nous permettent de déterminer ce qu’ils ont dans la tête. En les observant bien, nous pouvons alors détecter le moindre changement dans leur humeur.

Je ne suis pas expert en dessin, mais il me semble que Gribouille a fait ici un excellent travail. Si vous observez attentivement les neuf cases ci-dessous, vous pourrez vous rendre compte que les différences sont en effet plus que flagrantes.

Merci d’étudier ces cas avec intérêt, vous en aurez forcément besoin tôt ou tard.

Lorsque vous aurez fait un sans faute dix fois sur dix, vous pourrez passer au paragraphe suivant.

Bravo, à présent les expressions faciales des Globorks n’ont plus de secret pour vous !

Grâce à nous, si vous venez à présent à rencontrer des Globorks, vous serez alors parfaitement armé pour décrypter leur comportement et ainsi éviter de les offenser.

Comme je vous l’ai explicité plus haut, une offense signifie généralement la mort. Nous venons bel et bien de vous faire gagner quelques minutes d’espérance de vie dans l’hostile dimension R’Jah.

Ne nous remerciez pas, nous sommes là pour ça. Après tout, tous les héros ne portent pas nécessairement une cape.

NDLA : Même en cas de non-létalité, croyez-moi sur parole, vous ne voulez pas prendre le risque de confondre l’expression amoureuse et l’expression amicale.

5.2. Mœurs et critères de beauté

Les Globorks se mettent généralement en couple pour la vie. Enfin, à moins que l’un d’entre eux ne passe trop de temps au bistrork ou à la chasse au Hvrok. En de pareils cas, l’autre membre du binôme pourrait se sentir délaissé, ce qui le conduirait à trouver un partenaire un peu plus attentif.

5.2.1. L’attirance physique

Comme chez les humains, les Globorks sont sensibles à la beauté physique.

Si un mâle lambda aura à peu près les mêmes chances qu’un autre (ils ont un code génétique strictement identique), les femelles n’ont pas ce luxe.

Le degré d’attractivité de la femelle Globork est directement proportionnel à la quantité de globes oculaires arborés.

Nous avions mentionné ce point dans la rubrique traitant du passage à l’âge adulte. Il faut savoir que les mâles y sont très sensibles mais aussi que la nature est parfois cruelle; toutes les femelles ne sont pas égales face à elle.

Pour exemple :

Gauche : une mocheté. Centre : un joli brin de fille. Droite : la belle Globula, idéal féminin.

Avouez qu’il n’est pas difficile de faire son choix.

Ma collection personnelle d’images de Globula est assez fournie et je peux éventuellement vous en faire profiter.

Personnellement, je l’ai adorée dans ses films et si vous êtes sages, il n’est pas impossible que je partage un peu de cette passion dans le Diverticon.

5.2.2. La parade amoureuse

La parade amoureuse des Globorks est très codifiée, comme en témoigne le schéma ci-dessous.

Légende :

1. Le mâle approche la femelle en lui disant bogbork.

2. La femelle lui demande ce qu’il veut, et l’invite à s’approcher en lui répondant bork. Il approche timidement. Mais vous l’aviez deviné, puisque vous avez étudié minutieusement le point 5.1 et que vous êtes désormais incollable sur les expressions Globork.

3. Le mâle et la femelle engagent la conversation. Ils se parlent de leurs passions respectives. Il lui dit qu’elle a de beaux yeux et qu’elle a dû tomber de Skülvvh pour être aussi divine. Elle lui répond en lui demandant si c’est à lui ce tentacule-là, et veut savoir si il chasse le Hvrok ou s’il est juste content de la voir.

4. Ils s’unissent enfin sous les branches de Bolghorr, l’arbre des amoureux.

Leur union est alors scellée.

5.2.3. L’accouplement du Globork

Vous attendiez ce passage-là, pas vrai ? Petits coquins que vous êtes ! Je vous le garantis, vous n’allez pas être déçus.

J’ai déjà mentionné qu’au cours de leur vie, les Globork aspirent tout naturellement à se choisir un compagnon. Mais pourquoi, alors qu’ils ne se reproduisent pas, me demanderez-vous ?

Eh bien les raisons en sont nombreuses mais de nombreuses études mettent en lumière une raison principale qui les pousse à agir de même. Je vous le donne en mille :

Ils veulent tirer un coup.

Non, je sais à quoi vous pensez, mais je veux dire, littéralement tirer un coup.

Lorsque la parade nuptiale débute, le Globork mâle se présente en disant bogbork, puis demande à la femelle si elle s’opposerait à ce qu’ils pratiquassent un tentacoït. Il lui dit qu’il serait fort aise de procéder rapidement. Ils se font à chacun une petite révérence.

Le consentement est primordial avant le tentacoït

Une fois le consentement donné, il va insérer son ou ses tentacule(s) (si c’est un vicelard) dans la ou les bouche(s) de la femelle (si c’est une coquine). Il va ensuite tirer d’un coup sec.

Le globe oculaire qui est au bout de chaque appendice se détache alors avec un bruit rappelant l’ouverture d’un bocal de cornichons.

C’est là que le détachement du globe provoquera chez le mâle un plaisir intense. L’œil tentaculaire repoussera dans la semaine, ce qui lui permettra de tirer un coup à nouveau.

Quant à la femelle, elle mâchera l’œil avec gourmandise. Les endorphines contenues dedans provoqueront chez elle une série d’hallucinations intenses et délectables qui dureront jusqu’à la repousse du globe tentaculaire du mâle.

A la fin, il lui dit « Alors heureuse ? », allume une clope, et commande une pizza (J’y viendrai un peu plus bas) avant de s’endormir en marcel.

5.2.4 Incidents de parcours

Il arrive que certains Globorks mâles aient une repousse du globe tentaculaire bien trop rapide. Ce qui peut décevoir la femelle qui sera alors tentée d’aller se trouver un compagnon plus lent.

Ce type de problème se soigne en théorie facilement chez Brikabork à l’aide d’un onguent. Mais celui-ci coûte 7 500 Güdüflücks.

Les Globorks n’ayant de toute manière pas d’argent (ils n’ont pas de poches) et Brikabork ne voulant rien entendre (il n’a pas d’oreilles), les négociations tournent court dans cent pour cent des cas.

Brikabork est dur en affaires

6. Rapport à l’être humain

L’être humain n’est pas à proprement parler une espèce inconnue du Globork. Jadis, certains d’entre eux vivaient dans les égoûts et se nourrissaient de rats, de tortues et de pizza.

Pour ceux qui se poseraient la question : Ils en avaient appris la recette grâce à un habile retro-engineering sur le garde-manger abandonné par les vaincus de la grande guerre chélonienne qui eut lieu le siècle dernier.

Mais nous y reviendrons un autre jour. Il y a tant à raconter.

Évidemment, la plupart de ces colons sont morts à l’heure où j’écris ces lignes. Certains durant la guerre, et d’autres sont rentrés chez eux pour réintégrer la fourrure de leur créateur.

Mais leur mémoire génétique est bien plus fascinante que ce que s’accordent à dire les monochro-zoologues.

L’assimilation par Skülvvh je chante ta légende des connaissances du Globork décédé semble en être la clef. Il apparaît que toute la mémoire des morts soit ensuite redistribuée aux lentes à naître. Si une telle chose devait s’avérer exacte, ceci ferait du Globork l’espèce la plus douée pour l’apprentissage qu’il m’ait été donné de rencontrer.

Après, pour ce qu’ils en font, c’est un autre débat…

En bref, il n’est pas rare de voir certains membres de l’espèce Globork se comporter de manière tout à fait neutre avec les humains qu’ils croisent, car ils possèdent justement cette mémoire génétique.

Ceci est évidemment à double tranchant, car si les Globorks ne sont pas effrayés par la présence humaine, ils peuvent éventuellement en avoir un mauvais souvenir. Voire même éprouver du ressentiment à leur égard.

En résumé, si votre grand-père a un jour tiré la chasse au dessus de l’un de leurs nids, n’ayez pas le moindre doute : Ils savent déjà tous qui vous êtes.

6.1. Domestication du Globork

6.1.1. Approcher le Globork

Grâce au tableau du comportement qui vous a été fourni au point 5.1, vous êtes maintenant capable de discerner l’humeur des Globorks que vous viendrez à croiser.

Si le Globork est grincheux, en colère ou en mode de parade amoureuse, n’approchez surtout pas.

Dans les deux premiers cas, vous vous feriez déchiqueter. Dans le troisième, vous deviendriez instantanément l’une de ces héroïnes de manga. Vous savez, celles qui ornent ces livres que vous jurez ne pas posséder et dont vous ne parlez à personne ? Ne me mentez pas, je vois les titres d’ici : Yamete-party vol. 2 et Onegai Tentacule-sama, volumes 3 à 5.

Attention toutefois à l’expression timide. Elle peut rapidement évoluer en l’un des trois cas sus-mentionnés.

Dans tous les autres cas, vous pouvez approcher le Globork en lui disant poliment bogbork. Ce qui signifie – vous l’aurez déjà compris si vous avez prêté attention – bonjour dans son langage.

Ils comprennent généralement bien les différents langages humains mais sont très attachés au protocole. Si vous vous présentez sans le bogbork d’usage, ils vous ignoreront. Le Globork est fier et attaché aux traditions.

6.1.2. Leur apprendre des tours

Parce qu’ils vous comprennent parfaitement, il n’est dès lors plus très compliqué de leur apprendre des choses. Ils savent en outre que les mots Bon travail sont en général accompagnés d’un tapotement satisfaisant sur la tête, et qu’un gros coup de pied dans le fondement signifie S’il te plaît, descends de mon fauteuil immédiatement, tu vas mettre des poils partout.

Gribouille et moi avons toute une armée de Globorks qui nous prête main forte pour la maintenance de ce site. Et nous le leur avons appris très facilement. Il a suffi de leur montrer ce que nous attendions d’eux et très rapidement, ils se sont montrés efficaces.

Notre agent de sécurité garde nos locaux nuit et jour.
En plus, il trie le courrier

6.1.3. La propreté

Il faut bien le dire, le Globork laisse des poils partout. Mais il les remange en laissant très peu de secrétions sur les meubles. Il est donc classifié parmi les créatures propres, mais sa présence implique une préparation préalable de toutes les surfaces, ce qui nécessite une quantité certaine de cire d’abeille.

Truc de pro : Apprenez-lui à passer l’aspirateur. Il se nourrira directement dans le sac et ne salira plus votre environnement.

Parmi tous les avantages, il faut noter qu’un Globork est aussi très propre pour faire ses besoins. Pour ce qui est des mâles, il leur suffit de sortir un tentacule, ce qui leur prend moins de 3 secondes en moyenne. Madame sera particulièrement contente puisqu’ils abaissent toujours la lunette des toilettes avant de quitter la pièce.

Pour les femelles, ça prend environ 180 minutes et il y a la queue 24/7, un peu comme chez les humains dans les lieux publics. Du coup on n’engage pour ainsi dire que des mâles. Ça coûte moins cher en temps de pause et en Canard WC.

C’est aussi ça le Monochromicon. Plus on vous dépayse, et plus c’est pareil.

6.2. Danger de contamination

C’est là le seul véritable défaut du Globork, mais malheureusement, c’est une menace bien réelle.

Pour des raisons qui lui sont propres et qu’il ne nous appartient pas d’interpréter, Skülvvh peut parfois gratifier un Globork d’un sort de contamination. Si le Globork désigné devait alors ne serait-ce qu’égratigner un être humain de l’un des piquants qui recouvrent ses tentacules, la cible serait immédiatement contaminée.

La contamination est partielle ou totale. Elle intervient dans les 36 heures suivant la piqûre et ne peut être enrayée. Elle est aussi irréversible.

Tout humain piqué se métamorphosera alors en Globork pour une durée quotidienne comprise entre douze et vingt-quatre heures. Autrement dit, certains redeviennent humains à mi-temps, tandis que les autres…

Ladite métaborkphose est extrêmement traumatisante la première fois, et la transition peut durer jusqu’à 24 heures.

Durant ces heures de torture, la seule pensée qui vous occupe est de savoir combien de ces Globorks étaient autrefois comme vous. Combien de contaminations ? Combien de métamorphoses ?

Beaucoup deviennent fous. Et je ne vous le cache pas, certains se suicident tant la douleur éprouvée durant la transition est intense.

6.2.1. La métaborkphose en 4 étapes

1. Les membres

Tout d’abord, les membres de la victime se brisent. Et puis sa colonne vertébrale. Son cou se tasse comme une canette écrasée et les débris lui rentrent progressivement dans le corps. Il ne reste plus qu’un tronc humain, hurlant, qui se tortille sur le sol. Un peu comme un Stephen Hawking hors de sa chaise.

2. Pilosité

Le corps se couvre progressivement de poils tandis que tous les orifices du visage sont refermés progressivement par des bouchons de chair. Vous avez l’impression d’étouffer. Vous vous sentez mourir. Et là, la vérité vous frappe de plein fouet.

Les Globorks ne respirent pas.

3. Ouverture des yeux

De toutes les phases, c’est la pire.

Des scarifications béantes apparaissent sur le torse de la victime et d’énormes replis de chair émergent. Ils forment les paupières qui s’ouvriront progressivement.

L’œil étant unique chez les hommes, l’expérience, bien qu’épouvantable, a le mérite d’être rapide..

Chez les femmes, l’expérience est bien plus traumatisante selon le nombre d’yeux qui leur échoit en fonction de leur beauté physique (comme cela a été explicité en 5.2.1).

Vous voudriez pouvoir hurler mais n’avez plus de bouche. Et ironiquement, vous n’avez pas encore d’yeux pour pleurer.

Voilà une situation qui donne un sens très littéral au proverbe Il faut souffrir pour être belle.

4. Pousse des tentacules ou des bouches

Chez l’homme, les tentacules se mettent alors à pousser. Étant donné qu’il n’y a pas de manière facile d’expliquer comment s’opère la transition, je vous laisserai dans le vague en espérant que vous n’aurez jamais à le découvrir.

La femme est cette fois plus chanceuse puisque les bouches poussent sur la tête, comme des cheveux. Par chance, cette partie n’est paraît-il pas désagréable du tout. Ça chatouillerait même, selon les dires de Gribouille.

6.2.2. Finalité

Après ça, tout va en s’améliorant. Et c’est peut-être la partie la plus délectable.

Vous pouvez borker et comprendre le langage Globork dans son intégralité. Toute l’expérience des autres Globorks ayant vécu avant vous fait partie intégrante de ce que vous êtes devenu. Vous êtes entre deux mondes et appartenez à la fois aux deux et à aucun d’eux.

Vous êtes libre comme vous ne l’avez jamais été.

Le seul prix à payer pour pouvoir vivre cette expérience incroyable est votre loyauté sans faille à Skülvvh le sans âge. Un bien petit prix si vous voulez mon avis.

Pour ceux qui ne seraient contaminés qu’à cinquante pour cent, ils ne gardent pas vraiment la mémoire de ce qu’il se passe lorsqu’ils sont métaborkphosés. Il leur reste des bribes de souvenir et certains rudiments de langage, mais c’est à peu près tout.

Quant au retour à l’humanité, il est instantané, indolore, et s’opère dans un bruit de ballon qui explose.

Vous vous demanderez alors immanquablement pourquoi le voyage aller vers la globorkification n’a pas été aussi simple que le retour.

La seule réponse ayant du sens vous sautera alors au visage :

Le grand Skülvvh a beaucoup d’humour.

6.2.3. Rumeurs de remède

Nous avons entendu dire qu’un remède contre la métaborkphose existait, en vente à la boutique de Brikabork, pour 120 000 Güdüflücks. Mais comme il n’y a pas de porte, personne n’a jamais pu y entrer.

Brikabork n’est pas architecte

Tout bien pensé, je crois que Brikabork est un peu sénile.

7. Conclusion

Nous espérons que vous avez apprécié cette fiche complète sur le Globork autant que nous avons pris plaisir à la confectionner.

Rassurez-vous, vous n’avez pas fini d’entendre parler d’eux, ils sont partout. De plus, nous avons encore des surprises à vous faire découvrir en leur compagnie.

Gribouille a beaucoup travaillé pour vous offrir les visuels les plus fidèles possibles. Merci à elle pour son abnégation dans son devoir d’information.

Enfin, si ça vous a plu, n’hésitez pas à partager cet article avec toutes vos connaissances afin de répandre la bonne parole du seul et unique Seigneur Skülvvh.

Surtout, pensez à vous inscrire pour ne rien rater des articles suivants, et laissez-nous un petit commentaire pour nous saluer, c’est important pour nous.

Et enfin, sans vouloir vous forcer la main, sachez que je connais une personne qui n’a pas partagé dernièrement et qui a été métaborkphosée.

Je dis ça, je ne dis rien.

– Votre dévoué Scribouille, accompagné de la consciencieuse Gribouille.

Partager
  •  
  • 8
  •  
  •  

Psalmodiez pour la gloire de Skülvvh

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.